Eté 2019 à Gran Canaria et plus encore…3/3

« je vous donne rendez-vous très prochainement » que j’écrivais à celui qui me lisait le 16 février dernier. Moi encore émue par le souvenir de Gran Canaria et de sa nature dévastée par les flammes, cet événement d’envergure dont j’avais été témoin à bonne distance, muette face à ce drame qui était sans précédent pour moi.

Si j’avais su combien pire encore allait arriver…si NOUS avions su…ce à quoi, quelques mois ensuite, nous serions tous impliqués, où que nous soyons avec cet invisible et dévastateur virus.

En revanche, nous savons tous combien notre reconnaissance est grande et sincère pour les valeureux travailleurs qui ont continués à leurs risques et périls. D’autres ont pris leur mal en patience en serrant les dents face à leur inconfort étouffant, d’autres encore ont repris leur guitare, leurs pinceaux, leur rouleau à pâtisserie, leurs lectures etc

De ces heures écoulées, il était aussi venue l’occasion de réfléchir sur soi-même mais pas seulement…

avril 2020

Pour ma part, peut-être aurais-je dû en profiter pour pianoter chaque jour mon clavier, revenir ici plus tôt avec cette façon d’y aligner mes mots et ressentis très personnels qui me rattrapent toujours quand je m’évertue sans succès à vouloir pourtant condenser ça sous forme de carnets de voyages.

J’aurais maladroitement prétexté comme alibi celui d’avoir la volonté de distraire autrui, j’en aurais fait des tartines et des tartines, amères ou sucrées, bien caloriques, des pavés de mots pour me les chasser de la tête en y joignant des photos non exploitées ressorties de leurs archives et pour final clôturer avec ce dernier ici présent.

Mais je n’avais pas la moindre motivation et encore moins la prétention de me croire distrayante pour qui que ce soit. Je n’avais plus à cœur d’évoquer ce voyage au long cours vers le soleil quand d’autres si nombreux empruntent encore à ce jour ce tunnel sombre dont on ne ressort pas toujours.

Mon ordi est resté éteint et j’ai laissé libre cours à mes envies, en prenant soin de prendre l’air depuis ma fenêtre, en appréciant le silence extérieur souvent interrompu par les sifflements des oiseaux et des applaudissements de 20h. Jour après jour, j’étais réceptive au fantastique spectacle gratuit disponible en illimité depuis mon bon emplacement, les multiples interprètes, tous plus talentueux les uns que les autres dans leurs rôles bien définis, m’ont donné l’envie de leur tirer le portait.

avril 2020

avril 2020

avril 2020

avril 2020

avril 2020 avril 2020

A l’évidence, bien que tout ne soit pas encore « comme avant », dans deux petits jours pour nous Français, c’est plus ou moins repartis, l’heure du déconfinement approche. Alors, certains vont se remettre en selle pour aller au turbin avec leur bandana bien noué au visage, prêt à dégainer leur flacon de gel des poches dès le moindre terrain hostile. Non, nous ne sommes pas au far-west plutôt dans une nouvelle chorégraphie de la vie, avec laquelle on se familiarise doucement aux pas où mutuellement nous veillons à ne pas piétiner les pieds de nos partenaires de danse ni même à nous tenir par les mains, c’est une danse peu charnelle on en conviendra tous, mais la prudence est toujours de mise.

Après mes deux derniers post très colorés, je publie donc finalement ce troisième volet que j’avais mis en veilleuse. Je le présente comme initialement prévu c’est à dire en noir et blanc, un mauvais raccord alors que nous avons tous tant besoin de couleurs, là encore si j’avais su…

Mais vous n’êtes pas sans savoir que le mental est un allié précieux plein de ressources, et qu’il sait faire preuve de beaucoup d’imagination pour celui qui en prend bien soin et se prête au jeu.

Voilà, ça y est, je le sais, ça recommence, cette introduction est déjà beaucoup trop longue. Alors, à vous de faire la suite de l’histoire, ça tombe bien, je parlais deux lignes plus haut d’imagination. Ce n’est pas bien compliqué, il est question de survoler les nuages en avion, puis de poser les pieds au sol sur une île des Canaries. Là-bas, vous irez parfois à droite en direction du sable, puis tournerez finalement à gauche, en contemplant les différentes architectures, en levant le nez en l’air pour regarder la pointe d’un phare ou celle d’une branche d’arbre. Si l’envie vous prend vous pourrez même y rajouter des dialogues entre vous et des statues, un pigeon ou un lézard. Ensuite dans tout ce calme, finalement il ne sera pas déplaisant de se mêler aux autres, à ceux qui pêchent, qui courent, qui s’enlacent, qui observent la nature avec ce qu’elle comporte de plus beau et de moins beau.

GRAN CANARIA 2019

GRANDE CANARIE 2019

GRANDE CANARIE 2019

GRANDE CANARIE 2019

GRANDE CANARIE 2019

GRANDE CANARIE 2019

GRANDE CANARIE 2019

gran canaria 2019 gran canaria 2019

gran canaria 2019 gran canaria 2019

GRANDE CANARIE 2019

gran canaria 2019

GRAN CANARIA 2019

GRAN CANARIA 2019

GRAN CANARIA 2019

GRAN CANARIA 2019

GRANDE CANARIE 2019

GRAN CANARIA 2019

GRAN CANARIA 2019

GRANDE CANARIE 2019

GRAN CANARIA 2019

GRANDE CANARIE 2019

GRANDE CANARIE 2019

GRAN CANARIA 2019

gran canaria 2019 GRANDE CANARIE 2019

GRANDE CANARIE 2019 GRANDE CANARIE 2019

GRANDE CANARIE 2019

gran canaria 2019

GRANDE CANARIE 2019

GRANDE CANARIE 2019

GRAN CANARIA 2019

GRAN CANARIA 2019

GRAN CANARIA 2019

GRANDE CANARIE 2019

GRAN CANARIA 2019

GRAN CANARIA 2019

gran canaria 2019

GRANDE CANARIE 2019

GRAN CANARIA 2019

GRAN CANARIA 2019

gran canaria 2019

GRAN CANARIA 2019

GRAN CANARIA 2019

J’espère que vous avez été bien inspirés par ce voyage en images, qu’à travers ces réels décors sans fond vert vous lui avez apporté la bonne trame, le bon scénario et de la joie de vivre, fallait pas oublier ça ! Peut-être, avez-vous songé autant que moi combien nous étions si petit face à la nature.

Je ne sais si tel est le cas, mais ce dont je suis certaine c’est que ce voyage était il y a 9 mois passés, mes dernières vacances en famille et parallèlement le dernier été que ma jolie grand-mère danoise aura connu. Une grand-mère dont il y aurait beaucoup à écrire, comme toutes celles en qui la vie n’a pas toujours fait que des cadeaux et dont les manifestations affectueuses n’étaient pas débordantes. Sa pudeur à dévoiler ses sentiments intimes lui faisait préférer de regarder un film à tes côtés plutôt que d’avoir à te raconter sa propre histoire. Des films pour s’évader, toujours des happy-end, tous dotés d’humour ou de féerie comme « le magicien d’OZ » qu’elle m’avait fait découvrir. Elle, qui avait tant pour croyance qu’un paradis existait, je lui souhaite d’avoir pensé juste, d’y être profondément sereine auprès de sa maman et des chiens adorés sans oublier de pleurer de rires avec ses chouchous Danny Kaye et Jerry Lewis et si le planning n’est pas tout à fait celui-ci, je lui souhaite alors d’avoir encore assez de patience pour y trouver le bon chemin, qu’il mène au ciel ou pas, qu’il soit pourvu ou non de brique jaune.

Nous Terriens, bien privilégiés d’être encore là et impatients de faire tomber nos masques et plus fortement encore de jouir de toutes nos libertés, peut-être ne serait-t-il pas inenvisageable de se montrer à la hauteur de ce privilège?, d’honorer la mémoire de tous ces absents partis pour toujours, qu’ils nous soient familiers ou non, en nous efforçons de trouver de bonnes formules pour être les magiciens de demain.

C’était l’été 2019, à Gran Canaria et plus encore…

Ah oui, justement encore une chose de plus à préciser, car à moins de se prénommer Mozart, Elvis ou Marylin, et comme globalement il ne reste pas de longues traces de nos existences (dans le meilleur des cas 1 à 2 générations après soi et hop c’est fini, rideau pour toujours, parfois même hélas c’est déjà le cas de son vivant….) alors aussi longtemps que cette page de mon blog sera là, aussi nombreux ou moins nombreux que des personnes tomberont dessus, je pourrais avoir le plaisir et l’illusion de croire que ses paupières ne sont pas totalement closes, celle dont le regard était si bleu, celle qui s’appelait Birgit Eina Koborg, mais pour moi c’était simplement « mamie ».

Haut les cœurs ! on ne le redira jamais assez.

Barbara

©crédits photos Barbara Eichert

14 commentaires sur “Eté 2019 à Gran Canaria et plus encore…3/3

  1. Barbara, il me manque des mots, je suis peu avare en général de commentaires sur tes merveilleuses photos, qui dans ma demeure me font voyager avec plaisir et douceur… Ce dernier salut à ta mamie, me touche beaucoup, me laissant démunie … Mon cœur est en amour, qui me connaît vraiment, le sait … alors oui ,je vais continuer a regarder le ciel et les nuages encore et encore, ceux de ta fenêtre sont si beaux ,si apaisants…

  2. Puissent-ils t’apaiser autant que nécessaire avant que je ne t’enlace à nouveau ma douce maman oups erreur que nous t’enlacions avec Elliot ! rassure toi il n’a pas oublié comment faire les gros bisous qui te font mal aux joues comme tu les aimes, ceux qui sont pleins d’ardeur et de sincérité pour manifester son élan d’amour….on y viendra, patience, patience… ❤️❤️⏳

  3. Touchée, voilà mon état actuel ! je viens juste de finir de découvrir la page de présentation de votre tout jeune blog (qui a déjà une belle audience il me semble, bravo ! ), il me tarde d’aller plus loin… Je file m’y abonner 🙂 Merci d’être passée par là, je me suis bcp reconnue en vous sur pas mal de choses, sauf l’âge et les maths !! mais, quand vous écrivez « J’aimerai aussi parler de ce qui me touche, de ce qui m’effraie. » c’est précisément ce que je n’arrive pas à censurer dans ce que je partage même quant à la relecture je me dis est-ce bien utile d’évoquer cet aspect-là ? c’est toujours un dilemme idiot et une crainte absurde de saouler le lecteur que je me traîne, depuis 7ans de blog !!! mais la preuve en est encore avec ce post qu’on gagne toujours à être sincère et sans filtre, parfois ça permet la rencontre de bons atomes crochus d’être connectés. Bienvenue Sarah, je suis heureuse de vous compter dans mon petit cercle d’abonnés.

  4. Oh … je suis touchée à mon tour par ce retour imprévu ! C’est loin d’être un dilemme idiot, tout ça fait parti de nous, de nos pensées, et c’est souvent ce qu’on met en avant sur nos posts : ce qui fais partie de nous finalement. On se livre un peu, alors livrer un peu de nos peurs, de nos craintes, c’est juste rester humain après tout. Merci beaucoup pour cet accueil, ravie d’être passée par ici !

  5. J’vais me garder votre conseil pour toutes les fois prochaines où j’aurais l’impression d’envoyer mes mots et maux en l’air. A la prochaine chère blogueuse

  6. DÉJÀ TRÈS CHÈRE BARBARA JE TE FÉLICITE POUR TON ÉCRITURE EXCEPTIONNELLE TA FAÇON D INTRODUIRE LE THÈME EST À CHAQUE FOIS PARFAIT TELLE UNE ROMANCIÈRE CONFIRMÉE TU T EXPRIMES AVEC UNE AISANCE DÉCONCERTANTE ET SI EXCITANTE C EST UNE CHANCE D AMENER LE LECTEUR À LA CURIOSITÉ ET À LA CULTURE AVEC BRILLO LES PHOTOS DE TA FENÊTRE SONT MAGNIFIQUES C EST UNE FENÊTRE OUVERTE SUR LA LIBERTÉ VISUELLE UN DECONFINEMENT PAR L ESPRIT BIEN OUVERT ET BIEN SUR CHAQUE PHOTO EN NOIR ET BLANC SONT TOUTES MAGNIFIQUES ET SINGULIÈRES C EST AVEC TOUJOURS UN PLAISIR INFINI QUE JE M ÉVADE GRÂCE À TOI ❤️ PARTAGER TES DÉCOUVERTES ET EXPÉRIENCES C EST SINCÈREMENT À CHAQUE REPORTAGE UNE EXPÉRIENCE INOUBLIABLE POUR NOUS TES FIDELS / FIDÈLES TOUS LES SOIRS TU MÉRITES DES APPLAUDISSEMENTS 👏🏻 POUR TA GÉNÉROSITÉ JE DIS BRAVOOOOOOO BARBARA ET HIP HIP HIP L ÉCRITURE ET LA PHOTOGRAPHIE QUE TU OFFRES AVEC TON CŒUR SI PUR 💓💐🍾🥂🥂😘💝

  7. Mon Fred, c’est adorable mais tu y vas un peu fort pour les applaudissements enfin c’est gentil de ta part, je te reconnais bien là…. puis franchement je pense que c’est bientôt toi qui ferais bien de faire un blog vu la facilité que tu as à écrire !!! plus sérieusement, merci tu as toujours fait partie de ceux qui me donnent envie de partager ici mes humeurs et surtout ma passion de la photographie. j’espère à bientôt

  8. Chère Barbara, les mots, les photos méritent vraiment une publication dans une belle édition que l’on ouvrirait comme on ouvre une fenêtre comme tu les as si bien photographiées et prendre une grande bouffée d’air avec toi. Je te remercie pour ce moment avec toi. Joëlle

  9. OOOH tant de positivité ! MERCI pour ce tendre avis chère Joëlle, cela me va droit en plein cœur (que tu sais sensible!). Néanmoins, je me demande tout de même si ce n’est pas un peu excessif …moi toujours pleine de doute et d’un manque évident de confiance (pas sur mes propositions photographiques cela dit) mais par l’abondance de mes mots que je crains être inutiles…vos commentaires et le tien qui s’y rajoute me fais dire que je peux continuer à revenir ici discrètement ou non et me passer des éditions car il y a toujours une poignée de gens, qui tout comme toi, ne verront pas cela d’un mauvais œil. merci pour ta fidèle présence et bienveillance.

  10. Très chère Barbara ,
    Tu es formidable dans l ‘ habitat , chez toi, dans tes photos et plus encore .
    Que dire de plus après les commentaires riches , simples , admiratifs , affectueux…..
    Ne te « censures  » pas , laisses aller …c’est plus qu’une valse , une chorégraphie spontanée en couleurs »arc en ciel », mêlant ta sensibilité humaine , le végétal , le minéral ..
    Pas de doute à la question : qui es tu ? .Tous ces commentaires …euh ! compliments sont justes , tu es une belle personne .
    A la suite de Joëlle j’ai envie de dire : comment , plus que par ton blog , puisses ta personne « ecrivaine photographe » plus rayonner ?
    Toute mon affection à partager avec qui tu sais
    Bernard

  11. Merci d’être encore présent pour ce rendez-vous virtuel Bernard, et d’avoir pris de temps de m’en dire autant ! moi comme tu l’auras bien compris si craintive de tirer en longueuuuur dans mes narrations. Ta réceptivité et tes compliments me fais dire qu’il y a toujours de bons entendeurs partageant la même langue, celle de l’émotion et du souvenir….entre autre ! grosse bise chaleureuse en retour à partager avec qui tu sais aussi 😉

  12. Bravo pour ta merveilleuse plume, toujours illustré d’un regard de photographe incisif. Merci de partager avec nous les chapitres de ta vie, plein d’amour et d’humanité. Le noir&blanc de tes photos, nous donne une vision lumineuse de cette île et nous donne envie d’y courir se réchauffer le coeur. Qui est la femme sur la dernière photo ? Une actrice ? Je t’embrasse 💋

  13. Le plaisir de te retrouver ici et de te lire, merci pour cet avis qui me va droit au cœur de ta part. Et non ce n’est pas Romy Shneider comme tu m’as dit avoir cru voir !! il s’agit bien de ma sublime mamie, tout simplement. Des bises en retour pour toi ma chère Natasha

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s