Street art à Gand

Hello à tous

Bah oui je vous avais dit à très très vite, alors me voici ! pas de place ici pour la grisaille et le mur des lamentations, quand on tourne une page autant pas trop traîner je crois. J’étais en sourdine totale sur le blog depuis fin février alors faut bien que je me rattrape un peu quand même non? oui oui je sais faut modérer, savoir entretenir le mystère et blablaba mais c’est plutôt mal barré car j’ai en stock des tas de choses à vous montrer alors attendez-vous à souvent me voir ce mois-ci, enfin pas moi directement mais la ville de Gand située en Belgique que j’ai eu l’immense plaisir de visiter suffisamment bien pour en parler pendant au moins 1 mois ! non je me corrige, je ne vais pas vous parler mais vous montrer, alors ne désactivez pas l’alerte qui vous informe que je suis dans les parages car sincèrement et sans trop m’avancer vous ne tarderez pas à vouloir y retourner ou découvrir à votre tour cette si jolie ville que je vais vous dévoiler petit à petit, du mieux possible j’espère car elle le mérite vraiment !

Mais pour cette première balade, je prends le parti pris de ne pas commencer par le plus prévisible. Ceux qui me suivent depuis quelque temps, auront remarqué que le street art prend de temps en temps ses quartiers parmi mes reportages, alors jamais 2 sans 3, après ceux consacrés à la ville de Lisbonne et de Brighton…voici le street art de Gand d’avril 2018 car on sait combien cet art est éphémère.

Gand. avril 2018

Gand. avril 2018

Gand. avril 2018

Gand. avril 2018 Gand. avril 2018

Gand. avril 2018

Gand. avril 2018

Gand. avril 2018

Gand. avril 2018

Gand. avril 2018 Gand. avril 2018

Gand. avril 2018 Gand. avril 2018

Gand. avril 2018

Gand. avril 2018

Gand. avril 2018

Gand. avril 2018

Gand. avril 2018

Gand. avril 2018

Gand. avril 2018

Gand. avril 2018

Gand. avril 2018

Gand. avril 2018 Gand. avril 2018

Gand. avril 2018

Gand. avril 2018

Gand. avril 2018

Gand. avril 2018 Gand. avril 2018

Gand. avril 2018 Gand. avril 2018

Gand. avril 2018 Gand. avril 2018

Gand. avril 2018

Gand. avril 2018 Gand. avril 2018

Gand. avril 2018

 

 

 

 

Voilà, c’est par le passage étroit de la ruelle piétonne Werregarenstraat totalement dédiée à tous ceux qui désirent exprimer leur talent artistique, que s’achève ce premier volet ultra giga méga coloré à Gand.

Je n’ai pas pris la peine de faire des recherches approfondies sur quels étaient les artistes cachés derrière l’ensemble de cet article, mes excuses. Mais sachez pour les plus curieux d’entre vous, que la ville met en place à ce sujet le « concrete canvas tour » un parcours guidé, permettant à pied ou à vélo, de découvrir une cinquantaine d’oeuvres éparpillées dans les rues gantoises.

Passez une excellente semaine, et à bientôt alors !

Barbara

© crédit photo Barbara Eichert

Publicités

5 commentaires sur “Street art à Gand

  1. Que de couleurs !… et de grand talent que tous ces artistes nous proposent sur ces murs gris !… c’est lumineux , grinçant et parfois drôle aussi ! ..j’attends la suite !

  2. Colorées de milles teintes ces graffitis sont de pures oeuvres d arts à qui souhaite les admireR en toute liberté J adoooore cette découverte très riche et complète l art de nous cultiver c est ta spécialité alors meeeeeeerci du fond du coeur pour cette escapade hors du temps un espace intemporel qui me fait rêver !!!!!

  3. Bonjour Barbara,

    Comme promis, après une visite en « demi-teinte » (pour les non amateurs de camaïeux gris) au parc du Futuroscope, vous entraînez cette fois la suite de vos admirateurs outre Quiévrain, au royaume des gilles colorés, des wafels et des moules frites.
    Ces dernières n’étant au Menu que sur les coups de midi, reste sa majesté la couleur, éclatante, jaillissante, ripolinante sur les murs, grilles, tunnels et venelles de la cité gantoise. Il y en a même, une fois terminé un discret balayage, qui nous attendait à la porte du garage!
    Les deux et troisième clichés sont en honneur du grand, non par la taille, détective belge Hercule Poirot. Difficile pourtant de reconnaître les traits quand ils sont dissimulés sous un masque… On devine les moustaches, si, on les devine… frémissantes!…avec un brin d’imagination.
    Que suit à la loupe ce fin limier à quatre pattes?… Pas la piste du marsupilami, ca c’est sur.

    Il est interdit de se garer selon le panneau placé sur la porte d’entrée. Une porte réservée aux personnes et non aux véhicules qui d’ailleurs vu le nombre de bornes anti-stationnement en place ne peuvent avoir accès. Ce panneau d’interdiction serait installé -une idée qui en vaut bien d’autres- à l’adresse des vélocipédistes?…
    Lesquels s’ils n’ont pas saisi la pleine signification du message retrouveront ce soir leurs chers vélos dans un état proche de l’épave, ou,
    Seconde hypothèse, un cimetière de bécanes en formation, dont Hercule serait chargé (dans les deux cas) de retrouver les coupables…

    Bonne chance Poirot, garde l’œil et le bon!
    Perso Barbara, je retourne à ces peintures en trompe l’oeil muraux qui comme les autres clichés nous subjuguent.

    Bien amicalement,
    Aimée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s