Fuerteventura, nous voilà ! 1/2

De retour !!

Avec un coucou express en 34 images.

Simplement, pour tout d’abord, vous saluer chaleureusement, vous souhaiter tardivement au 20 du mois de septembre une bonne « rentrée » après cet été des plus particuliers où nous avions tous pour accessoire en commun ce petit bout tissu élastiqué devenu familier que l’on supporte tant bien que mal encore à ce jour.

(je ne parle pas de string brésilien, on est bien d’accord ?encore que…)

Plus sérieusement, mais pas trop quand même, sachez que je me serais fait une joie de revenir plus tôt par ici. Mais faute d’avoir pu photographier au printemps dernier quoi que ce soit à des kilomètres à la ronde, je n’allais pas soudainement me mettre à faire des tutos coutures catastrophiques sous prétexte d’amortir le coût annuel de l’abonnement de mon blog ! alors j’ai patienté…patienté…attendu le mois d’août…en espérant bien pouvoir photographier autre chose que la déclinaison de couleurs des tuiles aux toits des immeubles voisins… et surtout m’oxygéner l’esprit à défaut de le faire pleinement par les narines.

Et Alléluia !  après 2 billets annulés, rachetés puis modifiés enfin le Dieu des frontières et des agences de voyages m’a dit « banco, tu fais tes bagages illico presto », j’ai tenté de lui toucher un mot sur le dossier Covid-19 lui suggérant d’avoir la même efficacité en tordant le cou de la vilaine boule aux nombreux picots mais ça traîne encore pour le moment…

C’est ainsi, que je me suis retrouvée dans cet avion quasi vide à 5 min du décollage.

Fuerteventura nous voilà ! s’il te plaît comme tes îles voisines fait nous (mon mari, mon fils et moi-même) rêver les yeux ouverts, mets nous en chemin des aventures et du vent dans les cheveux, je veux tomber des nues et pour un peu qu’on soit seuls et loin d’âmes qui vivent on pourra marcher le visage nu.

Qu’allons-nous voir cette fois-ci ? que vais-je photographier ? un paquet de belles choses croyez-moi.

Volontairement, je commence cette nouvelle série d’articles en noir et blanc, la sélection en couleur étant plus longue à définir et me prenant plus de temps je vous fais donc patienter avec ce qui suit…

Comme à chaque destination, on observe, on marche, on grimpe, on fais des pauses, on cherche un peu d’ombres…mais nous sommes surtout heureux, soulagés, chanceux et j’en passe d’avoir la possibilité d’avoir des vacances en famille et au calme…loin de Paris.

A Fuerteventura, de ce que j’en avais lu, la « to do list » était composée de moulins, de phares, d’églises, d’adorables écureuils de Barbaries à entrevoir et essentiellement de plages sublimes. Alors, bien décidés à ne rien louper, nous avons coché toutes les cases pour voir tout ça de plus près…corbeaux et dromadaires se rajoutèrent en bonus surprise !

Mais, où que l’on se trouve à travers le globe en aout 2020, nous sommes toujours rattrapés par le fait que la totale tranquillité d’esprit n’est pas partout possible et que chacun dans cette affaire mène sa barque comme il le peut…

Puis, toi tu es là assise sur ta serviette à regarder l’horizon, tes mains ne sont plus grasses de crème solaire alors comme tu n’es pas du genre à dormir au son des vagues tu prends ton appareil photo en main juste au cas où…qu’un avion ferait un looping, qu’un écureuil se rapprocherait de tes biscuits secs, ou que le Loch Ness soit en réalité aux Canaries…mais non, rien de tout ça car en fait y a mieux à tes côtés. Il y a un an tu les aurais trouvés peut-être un poil bruyant mais cet été-là leurs rires, leurs sourires, leur joie de vivre… bref, même pas besoin de rajouter de violons, leur insouciance suffit à m’émouvoir autant qu’à me réjouir de les observer.

On se retrouvera, vous et moi, surement à l’automne, convaincue que la mer turquoise de Fuerteventura n’en sera encore que plus belle à regarder même en images. D’ici là, on s’évertue à faire à son prochain l’œil de biche, le regard de velours, ou n’importe quoi de bien expressif avec le blanc des yeux éclatant au risque sans cela de n’être plus que l’ombre de nous-mêmes.

Je vous remercie de votre visite.

Barbara

© crédits photos Barbara Eichert

8 commentaires sur “Fuerteventura, nous voilà ! 1/2

  1. J’aime toujours autant cette poesie et cet amour de la belle image…
    Un voyage de plus…
    un voyage de plus…
    un echo comme d’hab super interessant
    Bisous.
    Charles

  2. ET BIEN L IMPRÉVU FAIT BIEN LES CHOSES JE NE M ATTENDAIS PAS À DÉCOUVRIR CE SOIR UNE NOUVELLE ET GRANDE AVENTURE QUI VIENT DE ME FAIRE LE PLUS GRAND BIEN !!!!! QUELLE MAGNIFIQUE NOUVELLE ET SURPRENANTE DESTINATION LES PHOTOS EN NOIR ET BLANC SONT EXTRAORDINAIRES ET DÉGAGENT DE LA SEREINITÉ LE CALME LA DÉTENTE LOIN DE NOTRE MONDE DE FOU JE VIENS DE PRENDRE DES IMAGES RASSURANTES PLEINE DE SIMPLICITÉ ET D ÉLÉGANCES DE NATUREL À L ÉTAT PURE LE BONHEUR TU NOUS L OFFRE AVEC TON CŒUR ET TES YEUX BIENVEILLANTS ET TA MAIN QUI RETRANSCRIT À MERVEILLE TES ESCAPADES LOINTAINES HORS DU TEMPS ON ES TES VIP ET ON A TANT DE CHANCE DE T AVOIR POUR AMIE JE VAIS POUVOIR À PRÉSENT M ENDORMIR SUR DES INFORMATIONS NON ANXIOGÈNES ET CULTURELLES IL NOUS FAUDRAIT UNE CHAÎNE BARBARA QUI NOUS INFORMERAI QUE DU BEAU TEMPS ET DES BELLES DESTINATIONS SUR TERRE ON T ÉCOUTERAI PARLER ET TU NOUS APPORTERAI ENCORE PLUS DE BONHEUR TU ES D UTILITÉ PUBLIQUE TU ES L ANTIDOTE QUI NOUS GUÉRIS DE NOTRE FORMATAGE SOCIAL FORCÉ GROS BISOUS TRÈS CHÈRE REPORTERE ❤️🍀💓🍾🥂🥂💐🙏❣️

  3. Mon cher Fred, que tu me fais rire bon sang !!! je le jure, y en a pas 2 comme toi. Je devrais bientôt envisager de faire une compilation de tes commentaires qui me servirait d’illustration pour un article consacré à l’enthousiasme et les différentes manières de la manifester ! tu ferais le meilleur exemple qu’il soit possible de donner et le mieux c’est que je connais ta sincérité alors laisse moi te dire combien je suis toujours autant touché par cela, on ne se voit vraiment pas assez mais quand je te lis je parviens à t’entendre tellement ta typographie est aussi énorme que ton bon cœur. Porte toi bien, je t’embrasse fooooort

  4. Ho oui !.. Fred a raison de dire, que de tes photos il en ressort du calme et de l’élégance, c’est tout a fait ça !… Comme j’ai aimé la magnifique photo des gosses s’éclaboussant sous cette douche à la fois simple et majestueuse! Rien qu’en l’observant je ressens dans ma chair, le souvenir de ce temps-là, où s’éclabousser à l’extérieur était un moment des plus jubilatoires, une sensation de bien-être, de drôlerie , une liberté dans cet espace de jeux … Merci Barbara pour ce moment suspendu … Maman

  5. Merci maman 💞 il est vrai que nous avons connu dans nos enfances respectives cette sensation là..comme le souvenir d’un jet d’eau de tuyaux d’arrosoir installé sur une pelouse dans une maison danoise, souvenir intergénérationnel appartenant hélas au passé mais qu’une situation comme celle de ces gamins suffit à nous transposer là où nous aimerions pouvoir un instant retourner. Love XXL en ta direction 😘

  6. Ton écriture toujours aussi belle, poëtique, tes notes d’humour et surtout ton humanité…Une belle parenthèse ensoleillée dans notre quotidien Parisien. Merci pour cette fenêtre sur le monde et tes partages de vies. Kiss :-*

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s