Expo : Medusa -bijoux et tabous-

Bonjour

Un peu plus d’un mois s’est écoulé depuis mon dernier blabla en images, dont je tiens à souligner l’originalité du dernier commentaire de laissé par ma lectrice bien-Aimée Mme Pictavia que je remercie chaleureusement une nouvelle fois et qui me fais souvenir combien le jeu de l’oie occupait une place importante à mes journées de petite fille, associé à celui de me déguiser « en grande » en allant piquer de temps à autre dans les affaires de ma maman, un bustier rouge bien trop large pour moi, un rouge à lèvres YSL et la touche finale ô combien importante LA paire de boucles d’oreilles à clip la plus énorme et brillante possible qu’il soit pour ressembler à une starlette ! et voilà que ma transition est d’elle-même toute trouvée car ce nouvel article m’amène à vous parler non pas de choux, hiboux, cailloux, genoux mais vous l’aurez surement compris de bijoux.

Ou plus exactement de revenir sur l’exposition ‘Médusa, bijoux et tabous’ qui depuis s’est clôturée mais qui ne m’empêche en rien de vous en faire encore un peu profiter.

Exposition Médusa Paris 11.2017

C’est sous un ciel nuageux d’automne (bah oui Santorin c’est bel et bien fini!) que je vous emmène au Musée de l’Art moderne de la ville de Paris situé dans le XVIarrondissement où s’est déroulée cette expo autour du bijou qui fut traitée d’une manière plus subversive que d’habitude. En effet le bijou est a priori raisonnable, rassurant et beau, or là c’était sa face cachée avec ses aspects plus sulfureux qui furent exposés sur le devant de la scène.

Exposition Médusa Paris 11.2017

Exposition Médusa Paris 11.2017 Exposition Médusa Paris 11.2017

Exposition Médusa Paris 11.2017

Exposition Médusa Paris 11.2017

Et la lumière fut ! Comme toujours, pour commencer suivons mon fils, ici accompagné de celle à qui j’aimais tant par le passé pouvoir fouiner dans ses nombreux colliers …

Exposition Médusa Paris 11.2017

Nous sommes accueillis par la création ‘The birth of sal’ de Jean-Marie Appriou, ces grands yeux en verre soufflés dont une mouche s’y abreuve des larmes qui s’en échappent fait écho à la question du regard, de celui que le bijou suscite et enfin celui pétrifiant de la Méduse. Dans la mythologie grecque Méduse (ou Médusa) est un monstre, mais au départ il s’agissait d’une belle femme dont les cheveux abondants rendirent Athéna jalouse, qui alors les transforma en serpents et donna aux yeux de Medusa la faculté de changer en pierres celui qui la regarde, mais la malheureuse n’avait plus rien pour attirer le regard, et rappelons que le regard est lié au désir.

Exposition Médusa Paris 11.2017 Expo Médusa Paris 11.2017/Jean-Marie Appriou, The birth of salt

Depuis la nuit des temps, le bijou est présent dans toutes les cultures, tantôt parure, tantôt récompense ou manifestation politique, ses formes et ses usages varient selon l’époque ou le lieu de sa création. Connu comme étant l’un des premiers arts, cet objet au statut particulier fascine par la multiplicité de ses expressions, on l’utilise pour se sublimer ou encore comme symbole lié à l’amour, l’érotisme, l’amitié, le deuil.. Cette grande exposition lui rend hommage ou pas moins de 400 œuvres sont présentées tout au long d’un parcours thématisé.

Exposition Médusa Paris 11.2017

Avant de s’engager en direction des bijoux, nous découvrons la robe en velours dévoré d’or ‘la dame du char’ de la maison Schiaparelli Haute Couture, ainsi que la ‘robe courte’ de Paco Rabanne (collection automne/hiver de 1968-1969) portée par Brigitte Bardot dans un Paris Match de 1968.

Exposition Médusa Paris 11.2017 Brigitte Bardot 1968-1969/ robe Pacco Rabanne

Suivie par la chaîne de corps sado-chic de Betony Vernon réalisée directement à partir du moulage du corps de Dita Von Teese, puis de la réédition du sautoir en perles de Gabrielle Chanel et enfin la tenue de la Garde républicaine portée au Palais de Luxembourg en l’honneur du président du Sénat.

Exposition Médusa Paris 11.2017 Expo Médusa Paris 11.2017-Sado-chic body chain, Betony Vernon

Exposition Médusa Paris 11.2017 Exposition Médusa Paris 11.2017

L’exposition Médusa propose une présentation destinée autant aux amateurs de bijoux qu’aux amateurs d’art ou simplement pour tout curieux ! ici il s’agit de ‘Spider Woman’ une création de Liz Craft.

Expo Médusa Paris 11.2017-Liz Craft / Spider Woman, 2015 Expo Médusa Paris 11.2017-Liz Craft / Spider Woman, 2015

L’ exposition fait cohabiter ensemble le fait main, le fait industriellement, les bijoux d’artistes et de designers, les bijoutiers contemporains, les maisons de joaillerie et des pièces anonymes. Il y a absolument tous les  types de bijoux : les précieux et les fantaisies, les primitifs et les modernes, les antiques et les renaissances, à ceux plus récents de mouvements comme le punk ou le rap. Ces objets connus ou méconnus attisent la curiosité autour de leur utilité ou de leurs usages, ça commence par le bracelet de naissance au collier de nouilles, en passant aussi par le bijou fétiche avec ses pouvoirs contre le mauvais œil  tels que les amulettes, talismans, porte-bonheurs, croix, rosaires, grigris. L’exposition montre que le bijou peut être aussi un messager avec par exemple le ruban rouge de la lutte anti-sida, ou le badge en forme de main avec le slogan ‘Touche pas à mon pote’ de l’association SOS Racisme.

Exposition Médusa Paris 11.2017

Débute ici ma sélection, à gauche la broche ‘Blackbil’ d’Hanna Hedman et le surprenant ‘Superbitch Bag’ de Ted Noten, suivi par ‘Optic Topic Mask’ de Man Ray.

Expo Médusa Paris 11.2017-Ted Noten, Superbitch Bag, 2000

Expo Médusa Paris 11.2017-Man Ray, Optic Topic Mask, 1974-1978.

Ci-dessous le ‘Collier Serpent’ de Cartier, une commande de 1968 en platine, or blanc et or jaune puis dans un tout autre genre le bracelet en cuir créé par Vivienne Westwood, des bagues en argent de bikers et un collier de chien en cuir patiné et maillechort datant de la seconde moitié du XIXe siècle.

Exposition Médusa Paris 11.2017 Expo Médusa. bracelet en cuir Vivienne Westwood(2015-2016)

Exposition Médusa Paris 11.2017 Expo Médusa Paris 11.2017-Collier de chien en cuir patiné et maillechort - Seconde moitié du XIXe siècle

Ici la broche ‘Miss Octopus’ (1966) de Dorothea Tenning, suivi par le portrait de la chanteuse Rihanna en couverture de W Magazine de septembre 2016 où elle porte le collier de chien en diamants créé en 1906 par Cartier.

Expo Médusa Paris 11.2017-Broche "Miss Octopus" (1966) - Dorothea Tenning Expo Médusa Paris 11.2017/ Rihanna 08.2016

On reste dans le showbiz, avec un gant pailleté reconnaissable à la minute ! celui porté en 1983 par l’inoubliable Michael Jackson lors de sa tournée Victory Tour, une création du costumier des stars Bill Whitten, il a travaillé au cours de sa carrière avec des noms comme Elton John, Neil Diamond, Lionel Richie ou les magiciens Siegfried and Roy.

Expo Médusa Paris 2017/ Bill Whitten-Michael Jackson Victory Tour Crystal Glove, 1983 Michael Jackson Victory Tour, 1983

Autre époque, avec le bracelet porté par Joséphine Baker dans le film ‘Zouzou’ de Marc Allégret en 1934.

Exposition Médusa Paris 11.2017

Exposition Médusa Paris 11.2017 Exposition Médusa Paris 11.2017

Plus loin, le public encore bien nombreux en ce dernier jour d’ouverture, se fraye une petite place pour découvrir les vitrines remplies de trésors.

Exposition Médusa Paris 11.2017

Exposition Médusa Paris 11.2017 Exposition Médusa Paris 11.2017

Expo Médusa Paris 11.2017-GianCarlo Montebello, Collier Superleggeri Spirale, 2006 Expo Médusa Paris 11.2017-Maison Cartier. Collier Draperie, commande de 1947

Expo Médusa Paris 11.2017-Suzanne Syz. Bracelet "Dogs Love", 2011. Exposition Médusa Paris 11.2017

Exposition Médusa Paris 11.2017

L’exposition dédie une place particulière aux artistes d’avant-garde et aux créateurs contemporains qui bouleversent les conventions du bijou comme le montre ci-dessus le necklace CNN de Thomas Hirschhorn un collier format géant en carton, papier plastique, papier d’emballage doré qui pèse 10 kilogrammes.

Expo Médusa Paris-necklace CNN de Thomas Hirschhorn 2002

Exposition Medusa 11.2017 Expo Médusa Paris 11.2017-Marie Angeletti "Providence" 2016. Ornement de Noël, 193 x 96,5 cm

Euuuh que dire de cette extension de bec de pigeon crée en 2007 par  Benjamin Lignel ? curieux …

Expo Médusa Paris 11.2017- Benjamin Lignel, 2007 Extension du Bec de Pigeon

Autre originalité avec ce câble électrique gainé de bracelets multicolores, avec bloc multiprise/ballon de football 4 prises.

Expo Médusa Paris 11.2017-Bless. Multicoloured Bangles, 2005

Le bijou se manifeste comme un signe d’appartenance communautaire, des dandys aux rappeurs en passant par les hippies et les bobos, de croyance au sens large du terme, de valeurs culturelles ou rituelles, sacrées ou profanes, et même sexuelles avec le bijou érotique. Justement, c’est à l’abri des regards et derrière un rideau noir qu’on découvre dans une petite pièce obscure l’intrigant coffret d’accessoires érotiques ‘back-room’ de Betony Vernon.

Expo Médusa Paris 11.2017/ "The Boudoir Box" de Betony Vernon Exposition Médusa Paris 11.2017- David Douard

Changement de genre, avec ce collier dont les couleurs et l’originalité permet d’identifier facilement qu’il provient tout droit de l’imaginaire de la regrettée Niki de Saint Phalle.

Expo Médusa Paris 11.2017/ assemblage Necklace de Niki de St Phalle Niki de Saint Phalle

Exposition Médusa Paris 11.2017 Exposition Médusa Paris 11.2017/ Alina Szapocznikow - Bracelet-bouche

Du bracelet-bouche d’Alina Szapocznikow on passe à la couronne faite à partir de plastique et de métal blanc et doré, de velours et de faux cristaux provenant du défilé automne hiver 2000-2001 de Vivienne Westwood.

Expos Médusa Paris 11.2017-Vivienne Westwood Crown Exposition Médusa Paris 11.2017

Expo Médusa Paris 11.2017-Haegue Yang. Sonicwear-Poncho #1, 2013.

Exposition Médusa Paris 11.2017

Avant de quitter l’exposition, rapprochons nous de cet attirant tableau situé tout au fond …

Expo Médusa Paris 11.2017-Mike Kelley, Memory Ware flats

Expo Médusa Paris 11.2017-Mike Kelley, Memory Ware flats

Il s’agit de ‘Memory ware flat # 17′ , une oeuvre réalisée en 2001 par Mike Kelley. C’est sur un panneau de bois de 215,9 x 317,5 x 15,2 cm de grandeur, que nos yeux se baladent sans fin dans ce labyrinthe composé d’une profusion de petits objets de notre société tels que des pendentifs, des clés, des badges et des pins et beaucoup de colliers, tous ici collés pour former cette immense mosaïque certes un peu kitsch mais qui restera mon vrai coup de cœur de l’expo, surement en raison de mon goût prononcé à faire des collages dont le rendu s’apparente assez au même aspect, ou bien est-ce par l’impression que toutes ces bricoles ont une seconde chance, une seconde vie en étant là plutôt qu’au fond d’une caisse, une manière de faire ressusciter la petite fille, le scout, le militant enfin bref tous ceux qui les ont portés.

Expo Médusa Paris 11.2017-Mike Kelley, Memory Ware flats Expo Médusa Paris 11.2017-Mike Kelley, Memory Ware flats

Expo Médusa Paris 11.2017-Mike Kelley, Memory Ware flats Expo Médusa Paris 11.2017-Mike Kelley, Memory Ware flats

Expo Médusa Paris 11.2017-Mike Kelley, Memory Ware flats

Hors de l’expo Médusa, nous allons observer de plus près les merveilleuses couleurs de ‘La fée électricité’, cette décoration monumentale de 10×60 mètres réalisée par de nombreux artistes dont notamment Fernand Leger, Robert Delaunay, et Raoul Dufy était à l’origine pour l’exposition internationale de 1937 pour raconter l’histoire de l’électricité, s’y trouve les portraits de 110 savants et inventeurs ayant contribué au développement de l’électricité ainsi que des personnages de la mythologie Grecque.

2017 Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris/La Fée Electricité de Raoul Dufy 1937

2017 Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris/La Fée Electricité de Raoul Dufy 1937  2017 Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris/La Fée Electricité de Raoul Dufy 1937

Nous sortons du Musée, sous la grisaille le spectacle continu encore avec sa belle architecture, ses hommes et femmes attablés se réchauffant autour d’une tasse de thé ou de café, sans oublier la dame de fer que nous ne pouvons pas rater.

Musée de l'art moderne 11.2017

Paris/Musée des arts moderne 2017

Avant de s’engouffrer dans le métro parisien, nous l’avons regardé au loin même si nous la connaissons bien, comme une sorte de rituel obligatoire; D’autres à nos côtés venaient de loin pour la rencontrer, s’en était presque touchant de les voir en famille avec dans leurs yeux cette flamme qui brille et qui n’appartient qu’à tous ceux qui ne sont pas encore blasés par elle et de sa silhouette reconnaissable même au cœur de la nuit.

Paris / nov 2017

Mais la flamme s’avère avoir plusieurs facettes, et l’emplacement où nous sommes vole brièvement la vedette à la tour Eiffel en raison de sa tragique signification dont nul n’en ignore la raison. C’est alors, qu’un timide rayon de soleil vient se poser là, donnant presque vie à ce feu dont les gens se tiennent silencieusement autour. On peut y voir au mur le mot LOVE et aussi une petite peluche sous les traits d’un cochon rose, un petit porc délicatement posé au sol, suivi juste après par la coïncidence d’en voir un autre placardé sur les murs et balancés aux yeux de tous dont les témoignages accablants à son égard non rien d’une histoire à l’eau de rose…

Paris, nov 2017 Mur de Paris avec Harvey Weinstein 11.2017

« Never ever » / « Plus jamais », si c’était aussi simple qu’en le lisant… toujours est-il qu’ Harvey Weinstein (pour ceux qui ne l’auraient pas identifié) ne restera jamais autant dans les mémoires collectives, en tout cas pas pour les mêmes raisons que pour la princesse des cœurs Lady Diana qu’en ce lieu de pèlerinage, à proximité de ce fatal tunnel du pont de l’Alma, on y voit encore 20 ans après des témoignages émouvants au sol et des roses qui s’y posent.

Lady Diana/ Paris 11.2017

Comme je n’ai pas l’intention de terminer mon article sur une note aussi dramatique et qu’ initialement j’étais venu pour vous parler de bijoux, à l’approche imminente du 24 décembre je vous partage un souvenir de mon Noël 1990, ou du haut de mes 13 ans c’était le bonheur absolu de recevoir en cadeau un recueil de photos de cette Norma jean alias Marylin que je trouvais si fascinante et qui me disait en chanson « Diamonds are a girls best friend », je ne sais si réellement les diamants sont les meilleurs amis des femmes, d’ailleurs 27 ans plus tard je n’en ai pas un seul, qu’importe j’ai toujours cette perle rare et précieuse ici à droite, et quand je vous disais plus haut que je lui chipais ses grosses breloques il n’y a qu’à bien l’observer pour comprendre que ce que j’vous dis n’est pas du toc !! Voilà ainsi la boucle est bouclée, comme toujours je ne pouvais pas me contenter d’écrire que sur un Musée…

Bonnes fêtes à toutes et à tous et haut les cœurs ! ❤

Barbara

Noel 1990

©crédit photos Barbara Eichert

Publicités

6 commentaires sur “Expo : Medusa -bijoux et tabous-

  1. Et bien moi je ne m’attendais pas du tout à voir une telle exposition en t’accompagnant avec ton fils, alias Elliot mon adorable petit-fils… j’ai été tour à tour surprise, intriguée, pleine d’admiration pour certains bijoux au travail d’orfèvrerie remarquable, pour d’autres un peu perplexe ! Il est vrai que certaines propositions m’ont paru parfois effrayantes, mais l’approche restait intéressante, pour peu qu’on soit curieux, on lit et on comprend ce qu’exprimait réellement ce bijou intrigant…J’ai particulièrement aimé le collier serpent flamboyant de lumière, il m’a fait penser tout de suite au péché originel… Il y en avait des choses à voir, qu’il t’aurai fallu des pages et des pages pour y mettre l’ensemble des œuvres.. j’ai retenu un collier à l’étoile diamantée, elle m’a décollé direct dans le cosmos du rêve des mille et une nuits…J’aurai bien aimé serrer la main de Michael Jackson, mais là rien que de voir son gant à quelques cm de moi sous cloche, était étonnant! C’était un bien bel après-midi dans ce cadre magnifique à l’architecture art déco, qu’est le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris …

  2. Coucou Baba.
    Encore beaucoup de plaisir. Découvrir ces magnifiques créations est un vrai ravissement. Comme tu le sais bien sur, le mot « BIJOUX » avec un grand X, à lui seul, que nous le voyons ou l’entendions, éveille en nous beaucoup de souvenirs. Car nous sommes tous tombé et avons grandi dans l’écrin quand nous étions petits.
    Merci pour cette visite. je t’embrasse très fort. A bientôt.

  3. Merci Philippe, comme tu fais bien de faire un clin d’œil à la mémoire de Paul Mafille, ton papa, soit mon grand-père maternel qui ne manquait pas d’imagination ni de talent sur le sujet, on en aura vu des perles dans tous les sens….et entre autres aussi porté par B. Bardot. https://www.facebook.com/BijouxPaulMafille/

  4. Bonjour Barbara,

    Tout d’abord, au seuil de cette nouvelle année, je vous présente et à tous ceux qui vous sont chers, mes très sincères Meilleurs Vœux pour 2018. Ne doutons pas que tout au long de celle-ci maintes occasions vous seront à nouveau données de trouver le juste clic lors de vos prochains reportages.

    Sur celui présenté ici, les quenottes nacrées et les roses incrustées sur les lèvres entrouvertes illustrant affiches et couvertures du catalogue du Salon, font irrésistiblement pensées à la « croqueuse de diamants » de Zizi Jeanmaire.
    On ne pouvait choisir introduction plus judicieuse.

    Medusa…Sur que plus d’un visiteur ayant parcouru les allées de l’exposition le furent après contemplation des oeuvres réalisées par tant d’esprits créatifs.

    Perso, l’image qui fit clic là dans ma tête, fut celle de Brigitte moulée dans une robette ultra courte en 1968…
    Etions nous alors à Noël aux balcons?…Ou plutôt à Pâques aux tisons?!… That is the question… Que l’on se pose d’ailleurs…
    En fait, ni l’un ni l’autre…Si l’on se fit à cet autre dicton :

    « Noël aux tisanes…Pâque aux rabanes »…

    Sur ce, bijous à tutti,

  5. Chère Aimée, un grand merci pour vos vœux que je vous retourne très très sincèrement. Je suis toujours surprise et amusée de vous lire, de vous savoir présente et de vous sentir encore partante à découvrir où mes petites promenades me mèneront au fil de cette nouvelle année 2018 🙂 à très vite !!

  6. Quel parcours sidérant, je ne m’y attendais pas du tout de voir le gant de Michael et la couronne et le bracelet de Vivienne westwood. J’adore grâce à ton œil bienveillant et à ton talent de journaliste tu nous apprends la culture avec simplicité, fort ludique. Meeeeeeerci infiniment ta passion est si communicative !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s