Une journée d’été à Paris

Effectivement, nous sommes bien d’accord sur deux points.

A commencer que pour toi cher(e) abonné(e) il s’est passé un moment depuis ma dernière sollicitation, alors j’espère que tu gères au mieux cette année 2021 déjà bien entamée, dont le retour à la normalité est le désir commun qui nous anime tous, et pour lequel nous faisons preuve de patience autant qu’il en faut encore de vigilance.

Deuxièmement, le titre de ce nouvel article est d’une banalité sans nom ! mais pas tant que ça en y regardant de plus près …

N’est pas responsable le peu de pratique à vous rédiger fréquemment un petit courrier qui m’inflige une si plate inspiration. L’explication à savoir pour ceux qui ne serait pas concernés, chanceux de me lire à travers des contrées paradisiaques (chanceux d’y vivre pas de me lire, entendons-nous bien) est que nous autres résidants sur le territoire Français n’avons que très peu pu profiter d’un mercure digne d’un climat estival. Empêtré dans une situation météorologique qui fut et reste encore si improbable, nuageuse et pluvieuse comme rarement vécue auparavant, que la joie qui s’empare de nous dès les moindres rayons du soleil nous redonne immédiatement enfin la sensation plaisante de se dire ou de chanter « voilà l’été ! ».

Ce qui suit, est donc la représentation de cette joyeuse occasion où entre deux nuages et un bon coup de chaleur, j’ai voulu comme tant d’autres ce mercredi-là, vivre moi aussi ma journée d’été à Paris.

Et ça m’a fait penser que je pouvais même vous y embarquer !

Eh oui, car si j’analyse un peu le contenu de mon blog, aussi discontinues et fugaces que sont mes publications, nous sommes à 9 mois des îles Canaries (de ma Fuerteventura chérie) suivies il y a maintenant 2 ans par Prague, 3 ans de Gand en Belgique, pour seulement évoquer la France qu’en février et septembre 2018 (plus précisément Poitier et son Futuroscope qui ne m’aura guère enthousiasmée mais heureusement suivie par la riche exposition et découverte du photographe Malick Sidibé).

3 ans donc ! et pas la moindre photo de ce qui ne me nécessite au mieux que quelques stations de métro à emprunter… sauf qu’ à Paris je n’y suis pas en vacances et c’est ce qui fait un peu la différence.

Manquement réparé alors, ouf ! car je frôle l’ingratitude de ne pas mettre plus en avant la ville lumière que certains pourraient m’envier de fréquenter et qui faut le reconnaitre est un plaisir à photographier.

Qu’on se le dise, non /zéro/ niet/ nada, pas de béret en vue ni de baguette sous le bras mais notre Dame de fer ça oui, elle on n’y échappera pas, pas moins que la pyramide du Louvre, la place de la concorde…

Je vous le dis, c’est LE jour, celui où tout le monde a bien décidé d’en profiter. Les piétons, les cyclistes, les trottinettistes et les tuk-tukisttes (m’en fiche, je les rebaptise tous ! )

Nous voilà rue de Rivoli, ce n’est pas le bruit des klaxons inexistants des voitures en faible nombres (merci le mois d’aout et Madame la Maire) qui retentit à nos oreilles mais bien l’agitation et les éclats de cris provenant des manèges situés juste là.

Approchons-nous  plus près, derrière les arbres, observons ce qui s’y passe et qui donne le loisir à ceux situés plus haut derrière leurs carreaux de les voir s’envoler toujours plus haut.

Bon, vous l’aurez vite compris c’est ici, dans le 1er arrondissement de Paris, que nous allons rester pour l’après-midi, non nous ne ferons donc pas tout Paris ensemble, c’est bien trop grand et moi j’ai bien envie qu’on redevienne tous petits au jardin des Tuileries.

Pas trop déçu j’espère ? allez, prenez donc la main que je vous tends, et faisons fi des gestes barrières le temps de ce moment.

Quoi ? vous avez déjà le tournis ? entendu, nous délaissons Charles Perrault et son chat botté pour une pause à l’ombre ou sous le soleil c’est comme vous préférez.

Sinon, dirigeons-nous pourquoi pas du coté du bassin octogonal ? reste quelques chaises disponibles.

On n’a pas un peu chaud là ? on fait tomber le masque de manière à avoir deux minutes le museau à l’air, on veut bien courber le dos mais là quand même c’est chô

Puis semblerait que la fête foraine des Tuileries se termine bientôt, et moi j’irais bien y manger des churros.

Faut montrer pate blanche en revanche, présenter son pass sanitaire pour s’envoyer en l’air si on ne veut pas rester derrière les barrières.

Collations finies, j’ai savouré mon granita, on s’est bien léché les babines et vl’à que face à moi apparait maintenant ma copine Martine, elle a bien sa queue-de-cheval et son petit chemisier, tout à l’identique je la reconnais celle qui enfant m’embarquait partout avec elle, de la foire au camping en passant par le cirque.

Quand je vous disais qu’on allait rajeunir…je sais pas ce qu’il y avait dans mon granita mais moi j’aime ça.

La journée touche à sa fin, le soleil s’est définitivement caché mais restons encore car maintenant il y a tout un tas de loupiottes scintillantes comme j’adore.

C’est donc ça, aimer…adorer … profiter d’un jour d’été, et de surcroit vouloir le photographier.

Puis rencontrer Martine pour de vrai, franchement m’en fallait pas plus !

Puis si, tiens, justement, pourquoi me limiterais-je ? car vous autres dans tout ça, j’ai toujours votre main contre ma paume, alors à mon tour j’aimerais beaucoup vous lire en retour, ça fait longtemps voir jamais même pour certains ! pourtant ce serait chic de votre part, même une p’tite bafouille, un émoji manège ou une pomme d’amour qu’en sais-je? prenez donc 2 minutes et un pseudo farfelu, si ça vous convient mieux ainsi.

Sous peine que sans ça nous soyons alors officiellement de tristes inconnus au cœur sec, continuellement mutiques, sans imagination ni audace. Ne sommes nous pas déjà suffisamment restreints en baisers et sourires derrière nos masques protecteurs ? et moi au final un peu bredouille sans savoir à qui je la tenais cette main bien gélifier, bien hydro alcoolisée lors de cette vadrouille qui se termine là, dans le silence retrouvé de cette rue de Rivoli.

Je vous laisse donc attraper un tambourin, enfiler votre plus belle tenue de lumière et traverser l’écran puis le trottoir pour rendre la rue plus animée, si vous aussi vous pensez que ça peut fonctionner virtuellement. Sans cette démonstration de vitalité, surement encore qu’on se recroisera timidement de loin ici en 2022 ou plus du tout, allez savoir. Il ne s’agit en rien de faire de la mendicité, de collecter 2 nouveaux abonnés ou de flatter mon égo comme me le disait si tendrement il y a 5 ans une personne qui ne devait probablement pas savoir s’exprimer moins négativement, mais bien de démontrer qu’à nous tous, quel que soit le sens dont tourne actuellement notre roue et aussi noire que puisse être l’époque actuelle nous pouvons encore être lumineux et continuer de voir la vie en positivant.

spéciale dédicace à toi ma fabuleuse et épatante maman 💖💪🏻🥇🏆

Pour prolonger le moment, un lien ci-dessous qui ravira certains ou pas, mais moi je ne m’en lasse pas !

https://youtu.be/nw3GGqjutiM

Au revoir à tous

Barbara

© crédits photos Barbara Eichert

11 commentaires sur “Une journée d’été à Paris

  1. Ha oui ! Épatante qu’elle était cette balade au jardin des tuileries, avec toi ma fille et mon petit fils , qui me donne par tes clichés, le bonheur de revivre un moment de douceur de cet endroit enchanteur, où se côtoient de splendides sculptures, des marronniers et des fleurs qui longent les jolies allées , qui nous amènent au musée de l’orangerie… Et puis même pas peur, quand nous étions tous là-haut dans un des manèges à sensations, mais 1 fois nous a suffit ! … Merci de m’avoir fait revivre un court instant cette promenade, par l’angle de tes si belles photos, le jardin des Tuileries, fête foraine ou pas, est un endroit des plus agréable à traverser, ou de si poser sur une des chaises mythiques vertes que j’adore !

  2. Hey, Barbara,
    une ambiance Vintage, d’après Covid, un bonheur visuel… bravo! J’adore c’est tellement toi…

  3. POÉSIE QUAND TU NOUS TIENT ÇA FAIT TROP DU BIEN AUX YEUX AUX CŒUR AU MORAL 💐😁💕🍾🥂🥂❤️🍀 COMME À CHAQUE FOIS TRÈS CHÈRE ET CHALEUREUSE BARBARA TU NOUS ENMENE FLÂNER AVEC BONHEUR DANS DES LIEUX MAGNIFIQUES LOINTAIN ET LA SI PROCHE QU ON Y REDÉCOUVRE TOUT SIMPLEMENT LE PARIS DE PIAF DE TRENET DE DOISNEAU CE PARIS A TRAVERS TA SI BELLE ET FLUIDE ÉCRITURE EXTRAORDINAIRE ET TES PHOTOGRAPHIES SI RASSURANTES ENCHANTÉES ME REDONNE LE GOÛT D Y ALLER À NOUVEAU VOIR LA VIE SIMPLE ET AUTHENTIQUE JE TE FÉLICITE UNE FOIS ENCORE ET PLUS CETTE FOIS CI DE TRANSFORMER UN LIEU COMMUN SI SINGULIER EN UN LIEU FÉERIQUE EXTRAORDINAIRE DE TOUTE BEAUTÉ COMME MARRY POPPINS TU NOUS PROJETTE DANS UN MONDE OU IL FAIT BON VIVRE SANS SOUCIS SANS PRESSION AUCUNE OU LA DÉTENTE ET LES JEUX SONT LA RÉALITÉ UN VOYAGE INTEMPOREL QUI NOUS RAMÈNE AUX ANNÉES DE MARTINE DES ANNÉES D INSOUSCIENCES ET DE JOIE DE VIVRE PARTAGÉS TU ES INCROYABLE TRÈS CHÈRE BARBARA TOUT COMME CE SI BEL HOMMAGE TANT MÉRITÉ À TA SI CHÈRE ET TENDRE MAMAN QUI EST DU MÊME MONDE FÉERIQUE QUE TOI UN RIEN DEVIENT TOUT UN TOUT D UNE RICHESSE INESTIMABLE JE SUIS SI SENSIBLE À VOS UNIVERS QUE J APPARTIENT DÉFINITIVEMENT À VOTRE FAMILLE SI SINGULIÈRE SI GÉNÉREUSE EN DONNEUSE D ÉMOTIONS FORTES ET INOUBLIABLES BRAVOOOOOOO DE ME FAIRE SORTIR ET RÊVER HÂTE DE DÉCOUVRIR UNE NOUVELLE DESTINATION !!!! Le 28 septembre ouverture au petit palais de la seconde plus grande rétrospective de JEAN MICHEL OTHONIEL J ESPÈRE T Y VOIR AVEC CLAIRE CE SERA UN PROLONGEMENT EXTRAORDINAIRE SUR L ART DE TOUTE BEAUTÉ DES PLUS POÉTIQUE QUI SOIT 😁😘👍💗❣️❤️💕 PARIS EST UNE FÊTE FORAINE AMUSONS NOUS A LA REDÉCOUVRIR À 360 degrés 😁✨👌

  4. Wouahou Fred quel shoot d’amour que tu m’envoies là !!! tu viens de rattraper en un éclair les 9 mois où je n’avais rien publié et me confirmer qu’il est toujours bon de partager car se trouve toujours un chic type capable d’entrer dans ma danse. Rdv noté, et émoji validés !

  5. Oh la surprise, toi ici !! je te remercie pour ce tout premier commentaire de ta part et d’avoir pris le temps de regarder aussi. Faut que tu ailles avec tes enfants dans ce beau jardin et l’année prochaine à la fête foraine si cela n’a pas déjà été fait.

  6. Barbara,
    Comme d’ habitude, tu nous à gâté, et fait voyager dans des quartiers de Paris ville lumineuse et magnifique, les photos en noir et blanc, sublime et toujours des commentaires agréables à lire et qui nous permet de s’évader de notre routine du quotidien, grand merci à toi. Miss Barbara.

  7. aaah je vois que la team des warriors est présente, ça fait plaisir, à ce rythme là on va vraiment faire du boucan tous ensemble à Rivoli. Merci pour tes mots et ta réceptivité comme toujours. Ravie que cela te plaise 😊

  8. Je te dis « je déteste Paris pour l’avoir parcouru en long en large et en travers », ta réponse est que je n’ai pas su la regarder dans ses détails, dans ses lumières et tu le prouve, ton œil est toujours là ou il faut. Encore un travail de toute beauté.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s